fr

Ferrant entre 20-25 chevaux par semaine dans son atelier de maréchalerie basé à Kilmore, à Victoria, il aime encore se mettre sous un cheval et ferrer, dans
son principal domaine d'expertise spécialisé dans la les problèmes de ferrage des chevaux de haut niveau.
Quand il a commencé à ferrer ses propres chevaux, le trot était un sport d'été, mais dans les années 1960, il a été décidé de le faire toute l'année. Cela lui a donné des opportunités pour son business car il y avait une pénurie de maréchaux à l'époque. 

The Australian master farrier Carl O'Dwyer in his workshop

J’apprécie qu’à mon âge, je peux encore aller sous un cheval et ferrer

Il a pris la décision de se déplacer de Shepparton à Kilmore au debut des ses 20 ans et tel était sa détermination à apprendre le travail de maréchal ferrant, il a travaillé pour un forgeron à Northcote, gratuitement, les weekends pendant deux ans.
Carl a été très diplomate lorsqu'il a parlé de son ancien patron, mais il a admis que ce n’etait pas toujours facile, alors quand il l'a entendu son patron admettre à un groupe d'entraîneurs de chevaux supérieurs, «un jour, il sera presque aussi bon que moi”- c'était vraiment un grand éloge! 

Le fer devrait toujours s'adapter au cheval - et non le cheval au fer 

Carl est un véritable expert du ferrage à chaud, convaincu que c’est bon pour les sabot.- "le fer doit toujours s'adapter au cheval - et non le cheval qui doit s'adapter au fer".
Carl a connu d'énormes changements durant toutes ces années dans l'industrie -pour en particulier de la fabricaion artisanale des fers (et en voyant le temps et les efforts nécessaires pour fabriquer les fers) à la nécessité de la production mécanique des fers.

The Australian master farrier Carl O'Dwyer forging a horseshoe

En 1971, Carl a formé O'Dwyer Horseshoe Sales Australia, utilisant la technologie de pointe dans l'automatisation du processus de fabrication pour produire des produits de qualité, tels que O'Dwyer Pacing Shoes. En 2002, la société a rejoint le groupe international Mustad Hoofcare, et Carl est toujours impliqué en tant que consultant pour le développement de produits. 

Je me souviens qu'une femme de 60 ans a participé à une mes cliniques et elle a appris des choses qui ont facilité son ferrage - elle était ravie

Étant donné que l'Australie est un pays si vaste, de nombreuses personnes dans des régions plus éloignées n'ont pas accès aux maréchaux et doivent donc ferrer et prendre soin de leurs chevaux eux-mêmes.
Il espère qu'en dirigeant ces cliniques, il peut transmettre son expérience aux personnes qui y assistent, ce qui améliorera leur experience afin de mieux ferrer, mieux pour eux et leur cheval.
«Je me souviens qu'une femme de 60 ans a participé à une mes cliniques et elle a appris des choses qui ont facilité son ferrage - elle était ravie».

The Australian master farrier Carl O'Dwyer shoeing a horse