The German farrier Christoph Müller shoeing a horse

Il y a différentes raisons pour lesquelles vous pouvez devenir maréchal-ferrant. Certaines d'entre elles sont spéciales, comme le choix de Christoph Müller.
En 2004, ce jeune ingénieur agronome allemand a décidé d'aller dans une école de maréchalerie. Il venait de commencer un travail chez Cera, une entreprise qui avait développé un fer à cheval en plastique. Christophe Müller voulait approfondir ses connaissances dans l'industrie, pour mieux comprendre ce que les maréchaux font chaque jour. L'objectif était de donner de meilleurs séminaires et conseils. Cette idée est devenue un succès et Christoph a été infecté par le virus de la maréchalerie. Après son examen d'état, il a obtenu son diplôme de Maitre et est également devenu pédicure bovin. A partir de ce moment-là, Christophe Müller pare et ferre des chevaux chaque semaine, pour la pratique et pour le plaisir. Après son emploi à Cera, Christoph a changé , d'abord chez Vettec puis chez Mustad. En tant que directeur des ventes, il est responsable de l'Allemagne, de l'Autriche, de la Suisse et de la Tchécoslovaquie. Grâce à sa connaissance approfondie du marché, il participe parfois au développement de nouveaux produits. Mais encore, en plus de son travail exigeant, Christophe Müller garde du temps pour pratiquer en tant que maréchal-ferrant.

Un type de fer, trois tailles différentes de clous, c’est tout ce qu’il y avait

En comparaison avec le début de sa carrière, Christoph a remarqué quelques changements importants dans l'industrie.
Tout d'abord, la qualité et le nombre de produits disponibles pour les maréchaux et les soins aux pieds ont énormément augmenté. Quand il est allé à l'école, il y avait seulement un type de fer et il y avait seulement 3 tailles de clous pour l'usage quotidien. De nos jours, la gamme de produits utilisés dans les écoles publiques est large, elle est devenue plus le reflet de ce qui se passe sur le marché.

Deuxièmement, il est devenu plus facile pour les maréchaux de commander leurs marchandises à court terme. Il y a 15 ans, la plupart des maréchaux-ferrants commandaient deux fois par an. Maintenant, il est devenu de plus en plus pratique de commander sur une base hebdomadaire - parfois quotidienne.

Les changements ont principalement été causés par Internet. L'information est partagée plus rapidement, les maréchaux-ferrants sont mieux informés et la commande et la réception des marchandises sont devenues plus faciles. Mais il remarque que tous les nouveaux produits, en particulier les différents types de fer , ont besoin de temps pour gagner leur place sur le marché. Après tout, la maréchalerie est toujours un métier et les nouveaux produits ne sont largement utilisés que s'ils apportent des avantages au travail du maréchal-ferrant et lorsque les professionnels s'y sont habitués.

The German farrier Christoph Müller driving a nail in a hoof

Vous ne pouvez jamais améliorer un mauvais travail en le faisant plus rapidement

Ce qu'il aimerait changer dans l'industrie, c'est la façon dont de nombreux maréchaux sérieux et professionnels s’observent. Il se demande pourquoi certains d'entre eux pensent qu'ils ont besoin de ferrer ou de parer plus de chevaux à bas prix, au lieu de mieux traiter les chevaux et de faire un meilleur travail en y passant plus de temps, à un tarif plus élevé. Si le client estime que son cheval est correctement pris en charge, traité avec respect et que le travail est bon, il est prêt à payer pour ce service. Après tout, le travail du maréchal ferrant ne consiste pas seulement à ferrer ou à parer, mais aussi à inspecter le cheval régulièrement et à garder un œil sur sa forme. Pourquoi cela devrait-il être une profession moins valorisée? Il déclare que vous pouvez faire du bon travail plus rapidement, mais vous ne pouvez jamais améliorer un mauvais travail en le faisant plus rapidement. Donc, un bon travail, plus lent, à un tarif plus élevé, est la seule solution pour préserver la santé d'un maréchal-ferrant à long terme.

The German farrier Christoph Müller at work in his trailer

En tant que maréchal-ferrant, Christoph se spécialise dans la ferrure orthopédique, en particulier dans le traitement de la fourbure. C'est là que se reflète le mieux sa grande connaissance des matériaux disponibles.
Ses principaux conseils pour les maréchaux ferrants pour la fourbure sont:
- soyez bien préparé, informez-vous sur les meilleurs matériaux, les nouveaux produits et les tendances
- Prendre soin de réaliser une transition douce
- combiner les matériaux de telle sorte qu'ils soient compatibles, mais ne mettez pas de pression sur la pointe de la fourchette. Ceci peut être réalisé en combinant deux matériaux: un matériau dur à l'avant, un matériau souple à l'arrière du sabot, par exemple avec des plaques, et une combinaison de deux matériaux..
- comme pour toute ferrure orthopédique, ne faites jamais le diagnostic vous-même, coopérez toujours avec un vétérinaire

Je veux aider les maréchaux à exercer leur métier plus facilement et en toute sécurité

Ce que Müller aime le plus dans son travail actuel, c'est donner des cliniques et des conseils aux maréchaux-ferrants. En un sens, il est idéaliste: il a l'intention d'aider d'autres maréchaux-ferrants à rendre leur travail plus facile et plus sûr en leur donnant des informations sur les produits qui peuvent les aider à atteindre cet objectif. Mais il ne donne pas seulement des informations sur les nouveaux produits, il est également impliqué dans leur développement. C'est là que l'ingénieur apparaît! Le clou VF-Pro et les chaussures DynaMic étaient en partie de sa main et il est maintenant impliqué dans un nouveau projet dont il attend beaucoup. Christoph est ravi de cette partie de son travail et il espère intensifier cela à l'avenir.

The German farrier Christoph Müller driving a nail in a hoof

Please note:

You're about to leave this website.

Yes, take me to